SAVOIRS ETHNOBOTANIQUES A PROTEGER POUR LE FUTUR

En waorani, Omaere signifie « Nature de la jungle ». Quatre jours en compagnie de Chris Canaday, un biologiste et ornithologue canadien, installé depuis plus de 10 ans à Puyo, Equateur. Le Parc pédagogique Omaere souhaite promouvoir la conservation, l’éducation environnementale et le reboisement. Il s’agit du premier parc ethnobotanique d’Amérique latine.

Grâce aux savoirs ancestraux indigènes Shuars et Kichwas, il s’agit de faire découvrir la selva, forêt tropicale très humide (4700 mm d’eau par an!), située à 900m d’altitude, sur les rives de la rivière Puyo. Fondé par une femme Shuar et deux femmes françaises, le parc de plus de 15 hectares protège plus de 1500 espèces végétales d’importance pour les communautés indigènes. Ouvert au public depuis 1994, il est possible de visiter le parc pour un tarif allant de 0,5 à 3 $ USD, et connaître quelques uns des usages médicinaux des plantes de la selva. Il est difficile de se dire que cette forêt luxuriante était autrefois un pâturage avec des vaches. Mais tout pousse tellement vite avec les trombes d’eau qui tombent! Les fondateurs du parc ont semé et planté les espèces d’importance médicinale traditionnelle de l’Amazonie. Sur le parcours, des cabanes traditionnelle permettent de s’imprégner des coutumes de deux nationalités indigènes jamais conquises par les conquistadores : les Shuars et les Waoranis. Ces tribus organisées, tantôt nomades, tantôt sédentaires, avaient pour coutume de tuer tout intrus avec des flèches empoisonnées, et parfois de décapiter les assaillants, en guise de trophée.

Quelques plantes et leurs usages (l’importance étant dans la préparation) : cebolla de monte (piqûre de serpent), KunapiTabernaemontana sp. (sinusite), cannelle – Ocotea quixos (épice, contrôle glycémie et cholestérolémie), Achotillo (teinture naturelle rouge pour peau), Guito (teinture naturelle noire pour peau et cheveux), Cruz caspi (contraceptif) Sangre de drago (cicatrisant, multi-traitement de la peau), Escancel (infection urinaire, du foie et autres inflammations), Guayave (traitement diarhée), Guayusa (énergisant, famille du maté), floripondio – comme Datura spp. et ayahuasca – Banisteriopsis caapi (traitements shamaniques spirituels).

 

Good Practice!L’épouse de Chris, indigène Shuar, peut vous confectionner des préparations médicinales pour traiter problèmes rénaux, de diabète, cholestérol, alcoolisme, fertilité…

Publicités

5 réflexions sur “SAVOIRS ETHNOBOTANIQUES A PROTEGER POUR LE FUTUR

Share a Comment!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s