De ses racines vues de loin

Le voyage qui devient une façon de vivre… Un Tarnais raconte son périple de 3 ans à vélo à travers l’Amérique

En septembre 2012, La Dépêche du Midi annonçait un grand projet porté par David Gasc, président de l’association Responsabilités sans frontières, située à Aupillac, d’où il est originaire, sur la commune de Labruguière. Voici maintenant trois ans que David quittait l’Europe pour rallier l’Amérique afin de vivre ce projet intitulé «Sur la route du patrimoine» et dont l’objectif est de contribuer à la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, ainsi qu’au développement d’activités responsables.


Partis de France en octobre 2012 avec un ami, ils passent cinq mois à Vancouver avant de débuter l’aventure à vélo. David la poursuivra seul dès 2014 et depuis le Guatemala. Et si ce périple qui devait durer une année s’est poursuivi sur trois ans, c’est que David, 34 ans, y a trouvé son bonheur : «Il y a toujours de nouvelles choses à découvrir, à explorer. C’est infini ! Le voyage s’est converti en une manière de vivre. Un vrai bout de vie. Si ce n’était pour revoir famille et proches, je continuerai.» Des économies personnelles, des donations de proches et des partenariats informels rencontrés au long du voyage ont contribué à la réalisation de cette belle aventure humaine que David nous fait partager à travers un premier récit et quelques photos.                          Betty Morvan      

«Campement sur des sagnes tant humides que froides, lutte contre les vents glaciaux descendus du Campo de Hielo Sur (Champs de Glace Sud) et la météo changeante, quelques rencontres furtives avec les locaux, habitués à voir ces cyclistes venus du monde entier emprunter cette fameuse route. Comme eux, j’ai fait en sorte de passer par cette merveilleuse Carretera Austral, au fin fond du Chili. Malgré ses aspérités et ses caractéristiques qui peuvent en quelque temps devenir un enfer, c’est un vrai régal pour le cyclo-voyageur que je suis. Un trafic presque nul, un relief vallonné, une culture locale bien trempée et surtout une Nature omniprésente. On en prend plein les yeux et les «guiboles»! Ici, un pic de Magellan en train de marteler le bois du ñire. Là, un camaïeu de verts envoûtants de la forêt native boréale. La piste caillouteuse serpente au loin vers les glaciers suspendus et les fjords profonds. On ne s’en lasse pas de ces paysages-là.
Un mois après avoir traversé la Carretera Austral chilienne et les glaciers argentins, je touche au bout du continent. Arrivé à Punta Arénas, au Chili, la ville la plus australe du continent américain, je suis au bord du détroit de Magellan qui le sépare de l’Île de la Terre de Feu. Le froid automnal approche rapidement en cette première quinzaine du mois d’avril. Voilà plus de 3 ans que je suis parti de Vancouver, au Canada. Le 20 mars 2013 je donnais les premiers coups de pédale tant espérés en direction de l’Île de Vancouver, accompagné d’un ami. Trois années plus tard, après plus de 28 000 kilomètres, 18 pays traversés, plus de 1 700 heures de vélo, de nombreux détours, je touche au bout. Comme je l’ai souvent pensé, la destination finale n’est plus le plus important de mon voyage. C’est plutôt le chemin accompli lentement mais sûrement, me nourrissant d’une multitude de rencontres et de paysages qui comptent à mes yeux. Ainsi, mon objectif initial de rejoindre Ushuaia, en Terre de Feu s’est évanoui.
Découverte du mont Tarn…
Au même moment, un autre endroit a attiré mes yeux et mon cœur. Sur une carte, je découvre qu’un des sommets le plus austral du continent a le joli nom de mont Tarn. Il ne m’en fallait pas plus. Un beau matin, je prends mon sac à dos, abandonne un moment le vélo, et rejoins le bout de la piste en terre boueuse.
Les ouvriers ne rechignent pas à me transporter en auto-stops. Pendant plus de 3 heures, je traverse des immenses sagnes et tourbières, des forêts denses aux arbres nanifiés par les conditions climatiques extrêmes, des pierriers bafoués par le vent de Patagonie. Au sommet, affichant un modeste 850 mètres d’altitude, je peux apprécier un instant la vue vers le phare San Isidro et le cap Froward, le bout du bout. Rapidement l’averse glacée approche et je dois me résoudre à redescendre. Toutefois, avant cela, je peux un instant regarder en arrière et voir tout le chemin accompli jusqu’ici : les moments difficiles, les coups de mou mais aussi l’énergie positive et l’espoir suscités par ces belles rencontres, par la nature généreuse, par les initiatives écologiques locales. Aussi, je ne peux m’empêcher de penser à mes proches, famille et amis, qui, à distance, me soutiennent et m’accompagnent. De si loin, on se rend mieux compte des choses importantes et d’où l’on vient. Il ne pouvait être meilleur endroit pour rendre hommage à ma famille chérie et faire un joli clin d’œil au Tarn, ma terre natale. Avant mon retour en ces terres, prévu à l’automne 2016, je suis en train de remonter depuis la Patagonie jusqu’à Rio de Janeiro au Brésil, ou j’assisterai aux Jeux Olympiques. Avant de pouvoir partager mon expérience avec vous à travers des conférences et des expositions, vous pouvez continuer à me suivre sur le blog « Sur la Route du Patrimoine » (http ://surlaroutedupatrimoine.wordpress.com) ainsi que sur Facebook».                                                                            David Gasc

image

P1110805

Glacier Grey

Publicités

4 réflexions sur “De ses racines vues de loin

  1. Waouh !!! Incroyable ces 3 années ! On va être content de te retrouver à l’automne 2016 si j’ai bien compris!! Sacré David, tu nous épateras toujours. Quelle belle aventure.
    Bisous. Magali

  2. Mathilde Fonteneau dit :

    Superbe ! Te lire nous transporte toujours un petit peu à tes côtés, quel plaisir ! Et puis km après km tu deviens chaque jour un peu plus philosophe, un peu plus sage… vivement que tu nous racontes tout ça de vive voix 😉 Biz Mathilde

Share a Comment!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s